Ecole de Kinésithérapie de Paris

Sommaire

La profession comptait 83 600 kinésithérapeutes, au 1er janvier 2015.


L'Ecole de Kinésithérapie de Paris a élaboré un référentiel-métier.

Le kinésithérapeute

___


Un professionnel de santé

Le masseur-kinésithérapeute décide, à partir d’une prescription médicale ou de son propre chef, de la thérapeutique pertinente, en utilisant les méthodes et techniques qu'il juge appropriées aux besoins du patient.

Ce professionnel de santé :

•    engage au travers des actes de soin pratiqués un projet d'éducation et de rééducation du patient, qui consiste, autant que faire se peut, dans une prise d'autonomie des soins par le patient lui-même ;

•    participe à l'orientation des politiques de soin propre au service et à la vie de l'équipe des personnels de santé, dans le respect de l'organisation de l'hôpital ;

•    agit dans les conditions de confidentialité propre au secret professionnel des professions soignantes ;

•    contribue, par ses activités, à réduire toutes les conséquences des déficits, au moyen de :
      - ses connaissances en physiologie, anatomie et sur les conséquences des maladies,
      - son savoir-faire main-corps, des techniques manuelles, utilisant parfois des appareils et installations,
      - son savoir-faire relationnel et social ;

•    prescrit dans le cadre de ses compétences certains dispositifs médicaux.


Définition de la profession de masseur-kinésithérapeute

___


Code de la santé publique - Article L4321-1

La pratique de la masso-kinésithérapie comporte la promotion de la santé, la prévention, le diagnostic kinésithérapique et le traitement :

1° Des troubles du mouvement ou de la motricité de la personne ;

2° Des déficiences ou des altérations des capacités fonctionnelles.

Le masseur-kinésithérapeute peut également concourir à la formation initiale et continue ainsi qu'à la recherche.

Le masseur-kinésithérapeute exerce son activité en toute indépendance et en pleine responsabilité conformément au code de déontologie mentionné à l'article L. 4321-21.

Dans le cadre des pathologies héréditaires, congénitales ou acquises, stabilisées ou évolutives impliquant une altération des capacités fonctionnelles, le masseur-kinésithérapeute met en œuvre des moyens manuels, instrumentaux et éducatifs et participe à leur coordination.

Dans l'exercice de son art, seul le masseur-kinésithérapeute est habilité à utiliser les savoirs disciplinaires et les savoir-faire associés d'éducation et de rééducation en masso-kinésithérapie qu'il estime les plus adaptés à la situation et à la personne, dans le respect du code de déontologie précité.

La définition des actes professionnels de masso-kinésithérapie, dont les actes médicaux prescrits par un médecin, est précisée par un décret en Conseil d'Etat, après avis de l'Académie nationale de médecine.

Lorsqu'il agit dans un but thérapeutique, le masseur-kinésithérapeute pratique son art sur prescription médicale et peut adapter, sauf indication contraire du médecin, dans le cadre d'un renouvellement, les prescriptions médicales initiales d'actes de masso-kinésithérapie datant de moins d'un an, dans des conditions définies par décret. Il peut prescrire, sauf indication contraire du médecin, les dispositifs médicaux nécessaires à l'exercice de sa profession. La liste de ces dispositifs médicaux est fixée par arrêté des ministres chargés de la santé et de la sécurité sociale, après avis de l'Académie nationale de médecine.

En cas d'urgence et en l'absence d'un médecin, le masseur-kinésithérapeute est habilité à accomplir les premiers actes de soins nécessaires en masso-kinésithérapie. Un compte rendu des actes accomplis dans ces conditions est remis au médecin dès son intervention. Les masseurs-kinésithérapeutes peuvent prescrire des substituts nicotiniques.

Menu
agence web paris agence web paris Formation en alternance Formation sage femme